Continuité territoriale : la position CFDT

Publié le 13/03/2010 à 00H00
Les sections CFDT PACA et CORSE réaffirment leur position surla question de la continuité territoriale
Continuité territoriale : la position CFDT
Continuité territoriale : la position CFDT
Les sections CFDT PACA et CORSE réaffirment leur position surla question de la continuité territoriale

 

 La justification première du principe de continuité territoriale est de nature géographique. C'est parce que l'espace entre la Corse et le continent n'est pas continu qu'il est nécessaire d'agir pour limiter les conséquences de cette rupture physique.
Le système de continuité territoriale vise également à permettre aux insulaires de se rendre sur le continent, à des conditions de coûts comparables à celles en vigueur sur le continent. Dans le même ordre d'idée, il vise à ne pas faire supporter à la population les surcoûts de transport sur les approvisionnements de l'île en marchandises.
Le service public est le fondement premier de la continuité territoriale. Le terme service public est clairement mentionné dans le texte de la convention signée dès 1976 entre l'État et la compagnie maritime SNCM. La référence à l'intérêt général ou à l'intérêt collectif est implicite et doit demeurer l’unique objectif.
.La loi du 22 janvier 2002 confirme cette évolution. Elle adapte les articles de la loi de 1991 aux évolutions constatées et à la réglementation européenne. Le principe de l’affectation de la dotation de continuité territoriale est maintenu, les reliquats éventuellement disponibles peuvent être affectés à la réalisation d’équipements portuaires et aéroportuaires.
 
Pour la CFDT des impératifs restent incontournables :
 
-                     assurer, dans le cadre de la continuité territoriale, un service public sans faille,
-                     la Corse doit avoir la maîtrise de ses transports,
-           le maintien et la création d’emplois locaux, directs ou induits, doivent être une priorité absolue pour les régions CORSE et PACA.
 Il faut une logique de service public, facteur essentiel d’équité, de développement durable et d’aménagement maitrisé des territoires. Le service public des transports est une nécessité sociale.
Pour toutes ces raisons, la fongibilité de l’enveloppe de continuité territoriale n’est pas envisageable. Au même titre que tous les moyens donnés aux services publics, l’enveloppe de continuité territoriale doit correspondre aux besoins des populations.
 
La Corse doit se doter de moyens de transports en adéquation avec ses besoins, en retenant les leçons des erreurs passées.
 
 
La desserte de la Corse doit être fondée sur les besoins des résidents, notamment en matière de relations familiales, pour les étudiants et les retraités, et ne peut être assujettie aux fluctuations touristiques choisies ou subies.
 
Le service public, a vocation à organiser et structurer les transports Corse/Continent dans le cadre de la continuité territoriale. Hors continuité territoriale, le service public doit aussi se penser dans un espace Euro Méditerranéen.
 
 
Nos besoins : 
 
-                     Pouvoir se rendre sur le continent français tous les jours, principe incontournable de la continuité territoriale à des tarifs adaptés pour les résidents.
-                     Assurer le transport des marchandises dans les deux sens, à des tarifs favorisant un véritable développement économique.
 
Nos interrogations :
 
-                     Avant de lancer un débat sur la relation tourisme et transport, réfléchissons enfin au développement économique durable de la Corse.
-                     Pourquoi aucune évaluation globale, économique, sociale des politiques mises en œuvre n’a été, à ce jour menée à bien, pour mieux s’assurer la pertinence des choix politiques.
-                     L’expérience réussie de la compagnie régionale aérienne, en terme de satisfaction des besoins, d’emplois qualifiés, de formation des personnels….etc, pourrait elle être reproduite avec une compagnie interrégionale maritime de service public associant et impliquant les régions CORSE et PACA ?
 
La CFDT réaffirme que la satisfaction du besoin collectif de transport en Corse ne doit pas se faire au détriment des salariés et de leurs acquis.
Les activités de transport doivent être un vecteur de formation qualifiante et de développement social.
 
En effet sous le couvert de la baisse des tarifs, on n’hésitera pas à utiliser tous les moyens que l’Europe et les pays européens autorisent sur le plan législatif.
L’intérêt collectif  de la Corse impose que ses transports ne soient pas dépendants des appétits financiers de grands groupes internationaux et de leurs actionnaires.
La CFDT demande donc l’étude de faisabilité d’une compagnie interrégionale maritime de service public dotés de moyens adaptés à ses missions et cohérents.
Cette régulation publique permettra de prendre en compte les liaisons insulaires caractérisées par des flux déséquilibrés.
 

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS