Hôpital d'Ajaccio: la CFDT tire la sonnette d'alarme

Publié le 30/04/2012 à 00H00
Le 25 avril dernier, la section Miséricorde a reçu la presse locale lors d'une conférence de presse pour exprimer son inquiétude quant au nouveau contrat de retour à l'équilibre imposé par l'ARS
Hôpital d'Ajaccio: la CFDT tire la sonnette d'alarme
Hôpital d'Ajaccio: la CFDT tire la sonnette d'alarme
Le 25 avril dernier, la section Miséricorde a reçu la presse locale lors d'une conférence de presse pour exprimer son inquiétude quant au nouveau contrat de retour à l'équilibre imposé par l'ARS

La section CFDT santé –sociaux de l’hôpital d’Ajaccio a interpellé le nouveau Directeur de l’ARS ; la situation intolérable de précarité des contractuels a provoqué cette action. Après de difficiles discussions dont un dialogue de sourds avec la Direction de l’établissement, grâce à la mobilisation du personnel et l’intervention du Président du Conseil de Surveillance, la négociation a pu enfin aboutir à un accord. La CFDT souhaitait une solution équitable c’est-à-dire un plan d’intégration visant toutes les catégories de personnels concernés.

Après ce conflit, la CFDT maintient sa mobilisation au vu du discours rigoriste du Directeur de l’ARS. L'un de ses objectifs affichés de ne pas remplacer un aide soignant sur deux ! Il va proposer un nouveau plan de retour à l’équilibre (CREF) basé sur des réductions de personnel en précisant qu’il ne s’agit pas de licenciements mais de « fin de contrats ».

Loin d’apprécier ces nuances de sémantiques, notre organisation syndicale fustige cette politique simpliste, basée uniquement et toujours sur des réductions de personnel. Une étude prévoit d’ici 2018 le départ à la retraite de 114 agents dont des IDE, aides soignants, ASH, manips-radio, techniciens de laboratoire. Comment l’établissement sera-t-il en mesure de prodiguer des soins de qualité sans le renouvellement de ces catégories ?

Comme pour le premier CREF, la CFDT hôpital de la Miséricorde dénonce ce plan comme inapplicable, qui ne tient pas compte, par exemple, de mesures visant à relancer ou créer de nouvelles activités.
Dans le cadre d’un projet social négocié, il est nécessaire de travailler sur les conditions de travail des agents, d’évaluer les « vrais » besoins des services, les programmes de formation dans le cadre des reclassements professionnels, les formations aux nouveaux métiers de l’hôpital.
Aussi, la CFDT s’imposera comme le partenaire incontournable de négociation et s’invite pour participer aux discussions car la mise en application d’un nouveau CREF est l’affaire de tous !